Page d'Accueil

2010, l’Année Jubilée de Toutes les Attentes Pour l’Agriculture au Cameroun

   

50 ans après 1960, le pays commémore son indépendance avec en toile de fond le Comice agro–pastoral tant attendu.

« Un peuple sans histoire est un peuple sans âme », nous a–t–on appris.

Le 1er janvier 1960 marque un moment décisif dans la vie politique, sociale et économique du Cameroun, pays de l’Afrique Centrale, situé dans le Golfe de Guinée avec un affluent important de la mer méditerranée. Les premiers explorateurs Portugais, découvrant que le fleuve Wouri regorgeait énormément des crevettes l'ont appelé « Rio dos Camaroes », d'où découle le nom Cameroun.

A partir de ce moment ce territoire devient le centre d'intérêt de plusieurs puissances, entre autre l'µAllemagne, la France et l'Angleterre. Le Cameroun dès cette période, passe de sous–mandat et sous protectorat Français et Anglais au statut d’Etat, de République.

Mais au–delà de son histoire politique que les pouvoirs publics ont d’ailleurs bien voulu commémorer, au courant de cette année jubilée 2010, à l’occasion du cinquantenaire de son indépendance. Le Cameroun, Afrique en miniature, c’est aussi un pays jadis d’agriculture, une terre d’accueil, tant des ressortissants étrangers que des diverses cultures et espèces des différentes contrées à travers le monde. Cette diversité a fait naître une tradition : le Comice Agro–pastoral, une espèce de Fête des récoltes pour promouvoir le développement de l’agro–pastoral.

Près de deux décennies d’absence, les attentes du Comice de 2010 à Ebolowa s’avèrent donc nombreuses. Oubliés, lésés, les adeptes de ce secteur d’activité se sont découragés, ce qui explique la perte de vitesse de cette activité, dont le maillon essentiel est la femme.

Ebolowa 2010 augure donc beaucoup d’espoir pour les cultivateurs, qui malgré les moyens rudimentaires, associés aux crises économiques qui ont frappé le pays en sont restés fidèles à leurs houes et machettes. Mamelle nourricière de nos sociétés, redonnons de l’espoir, du sourire à ces hommes et femmes qui ont choisi de faire de la terre leur profession et jamais nous ne connaîtrons la famine, cette pandémie qui frappe de plein fouet notre planète.

 
 

Accueil Copyright © 2010, Culture Vive