Page d'Accueil

Beijing 2008 ! Rififi et embrouillamini sur la participation de la médaillée d’or du triple saut à Athenes Françoise Mbango

   

Un conflit aux contours flous opposait l’athlète à son président de la fédération. La médaillée d’or camerounaise a été sortie de la compétition en pleins championnats nationaux au stade Omnisports Ahmadou Ahidjo organisé par la Fédération Camerounaise d’Athlétisme sur instruction ferme de son président dont l’insistance a amené les officiels pendant la compétition à demander à Mbango de sortir de la piste alors qu’elle avait déjà fait deux essais qui lui ont permis de réaliser le minima pour la qualification aux Jeux Olympiques avec un bond de 14m50.

Le motif semble être la sanction dont elle avait été victime à la suite de sa non–participation surprise aux derniers Jeux Africains d’Alger en 2007. Il lui était également reproché d’avoir empoché une prime de 500 000 FCFA près de 765 €, de n’être affiliée à aucune Ligue Provinciale. Ce à quoi l’athlète a apporté un démenti en prouvant qu’elle avait bel et bien une licence en bonne et due forme de la Ligue Provinciale du Centre (dont le chef–lieu est Yaoundé) d’une part, et d’autre part que sa sanction était empreinte d’irrégularité et du fait de l’homme SAMA (Président de la Fédération Camerounaise d’Athlétisme).

La conciliation entreprise par le Ministre des Sports et de l’Education Physique a malheureusement accouché d’une souris malgré les quatre heures qu’elle aura prises aux concernés, les deux principaux acteurs de la crise ne s’étant pas mis d’accord sur un engagement à signer par Françoise Mbango qui a refusé de le faire en demandant le temps de prendre connaissance de ses implications juridiques. Elle ne manquera pas à l’issue de cette réunion de crise de déclarer à la presse que cette signature n’était pas à l’ordre du jour de la réunion convoquée par le Ministre de tutelle, où vraisemblablement les arguments présentés par l’athlète auraient convaincu.

On imagine logiquement que son forfait d’Alger trouve son explication dans la maternité qui est de la nature du monde des femmes, toute athlète de haut niveau qu’elle soit. La sauteuse est en effet depuis quelques temps une jeune mère.

A quelques jours des championnats africains d’Athlétisme et des J.O. de Beijing en août 2008, c’était la grande confusion quant au cas Mbango. Le Cameroun a failli se priver de l’éventualité du bonheur d’une possible médaille de Françoise Mbango. Celle–ci qui manifestement n’a cessé de montrer sa volonté de représenter le drapeau tricolore en trois bandes verticales vert–rouge–jaune avec une étoile jaune au milieu de la bande rouge, aurait pu claquer la porte au point qu’on la retrouve demain sous les couleurs d’une de ces nations riches qui ne cessent de la harceler pour la retourner contre son pays le Cameroun.

Heureusement une décision du Président de la Fédération Camerounaise d’Athlétisme a fini par lever cette suspension le mardi 22 avril 2008 ramenant enfin un peu plus de sérénité et réintégrant Françoise Mbango dans la Cameroon Team. Pourquoi d’abord tout ce rififi ?

 
 
 

Accueil Copyright © 2008-2011, Culture Vive