Accueil | Boulou | Cameroun | Contes | Photos | Culture Vive |

EPC : Une Nouvelle Crise ?

EPC : Une Nouvelle Crise ?

Le Cameroun est un pays la├»c, c'est ainsi que dans la diversité religieuse qui bat le plein dans notre pays, nous avons l'EPC. Au terme de la 53ème Assemblée Générale de cette Eglise tenue à Eséka du 13 au 17 janvier 2010, il a été question de passer à des élections dont le but recherché était de savoir les Pasteurs qui seraient les nouveaux dirigeants, les meneurs du peuple de Dieu durant les prochaines années. Ont donc été élus à la tà¬te de l'EPC :

  1. Le Révérend Pasteur Jean Libom Li Likeng comme Modérateur pour une durée d'un an ;
  2. Le Révérend Pasteur Samuel Jacob Biko├» II comme Secrétaire Général pour une durée de cinq ans.

Tout s'est bien passé au vu et au su de tous les Pasteurs, Anciens et fidèles présents à cette Assemblée Générale, et les différents rapports peuvent en témoigner de la clarté et de la transparence des activités menées durant cette période.

Tout le monde a était surpris car àža faisait des lustres que l'on n'avait pas assisté à une telle cohésion pendant une Assemblée Générale. On se souvient ici de l'Assemblée Générale commencée à Zoetélé qui s'est finalement terminée à la Paroisse de Messa II à Yaoundé, il y a trois ans, et des travaux démarrés à Yokadouma mais achevés à la Paroisse EPC Adna du Consistoire Yaoundé il y a un an, rien que pour cette Assemblée Générale commencée à Eséka et terminée au mà¬me lieu, on peut dire chapeau à l'EPC.

EPC : Une Nouvelle Crise ?

Cependant, force est de croire qu'il y a depuis un certain moment comme un mauvais sort jeté sur notre Eglise, après un travail si brillamment exécuté, les problèmes pointent déjà à l'horizon. En effet des Hommes de mauvaise foi se plaignent de l'appartenance des deux Pasteurs à la mà¬me ethnie, on peut se demander â« est–ce un problème ? â».

Si oui, pourquoi ne l'avoir pas soulevé à l'instant â« T â» ? D'aucuns disent que le Pasteur Biko├» était déjà retraité, c'est vrai ! La commission chargée de l'organisation des élections et de l'étude des candidatures n'avait–elle pas cette information au moment du scrutin ? Tant de questions sans réponses que le temps viendra gommer.

Ceci n'est pas une plainte, mais un appel et un rappel à l'ordre au sein de notre Eglise, ethniquement différent en Christ nous sommes tous égaux, laissons tomber ces distinctions Bulu, Bassa, Eton, Bami, etcâÇŽ parce qu'en Christ nous ne sommes â« qu'un â».

Si le problème est celui de l'équilibre régional, le mandat d'un Modérateur n'est que d'un an, pourquoi donc vouloir faire ce désordre, alors qu'on peut patienter ? Souvenons–nous de ces conflits qui, dans le passé, nous ont causé de nombreux préjudices et occasionné un schisme, pour l'amour, la paix et l'harmonie dans notre Eglise, ne laissons pas le corps prendre le dessus sur l'esprit.

Il est temps de sortir l' EPC de l'inertie et de la léthargie dans laquelle elle est plongée, pensons aux défis communs que nous avons : les Collèges Unis d'Elat, le Collège, Johnson, l'Hôpital de Djoungolo, Nkolmvolan, les Stations missionnaires de l'EPC créées et léguées par les Américains pour ne citer que ceux–là sont de grands chantiers qui interpellent le courage de chacun de nous.

Pasteurs, Anciens, élites de l'EPC et fidèles. L'heure n'est plus aux querelles destructrices mais au travail et à la réédification de ce vaste patrimoine religieux qui est le nôtre. Laissons le bureau de la 53ème AG aller au bout de son mandat. Disons–nous â« Yes We can â» et la bénédiction du Seigneur tombera sur notre Eglise l'EPC et sur chacun de ses membres comme la rosée du matin.

Jerry Steve

       

 
 

Home Copyright © 2010, Culture Vive