Accueil | Culture | Cuisine | Art | Maisons | Contes

Le Rôle de la Femme dans la Famille

Dans la société traditionnelle bantou, la famille a été un lieu de production et de reproduction où s'entremêlent valeurs culturelles, sociales et traditionnelles. La famille désignait un groupe d'individus se réclamant d'un même ancêtre. Cette conception ancienne renvoie donc au lignage c'est-à-dire à la famille élargie.

Le Rôle de la Femme dans la Famille

La colonisation des XIXe et XXe siècles, puis les indépendances et l'"avènement des démocraties" précédant l'émancipation de la femme auraient eu des répercussions jusque dans l'organisation des communautés familiales. Conséquence, la famille semble avoir perdu son caractère traditionnel ou du moins radical.

Pour donc comprendre le rôle de la femme, il faut la considérer dans la famille telle que définie. En effet, la femme a toujours joué un rôle prépondérent dans la famille, mais ces rôles sont parallèles à l'évolution sociale.

A cet effet, aux rôles anciens ou domestiques ou encore traditionnels, se sont ajoutés d'autres dits modernes.

Le Rôle de la Femme dans la Famille

La femme dans la famille ancienne : les fonctions traditionnelles

Le travail dans les familles traditionnelles bantou, fait l'objet d'une répartition sexuelle souvent et abusivement taxée de facteur d'asservissement de la femme. Loin de là , celle-ci a toujours été consciente de sa place prépondérente au sein de la famille. Dans toutes les ethnies bantou et au Cameroun particulièrement, les fonctions traditionnelles peuvent être classifiées tel qu'il suit :

- le rôle de nourricière de la famille
- le rôle naturel de procréatrice
- le rôle d'éducatrice des enfants
- le rôle de tenancière du ménage.

Le Rôle de la Femme dans la Famille

La femme traditionnelle dans son rôle de nourrice de la famille

Ce rôle se manifeste sur le double plan de la production des vivres et de leur traitement technologique (gastronomie). Les sociétés forestières africaines étaient basées sur une économie d'auto-subsistance où les vivres produits étaient pour l'essentiel consommés par la même famille. Dans ce contexte, la femme se chargeait, seule, des activités agricoles à l'exception de l'abattage des arbres et des grands déchiffrements.

Dans les familles Maka de l'Est du Cameroun, rattachées au grand groupe des pahouins d'Afrique Centrale, la femme était occupée toute l'année, tous les jours, pour une moyenne variant de 5 à 10 heures de temps dans les champs. Elle retournait le sol, sélectionnait les semences et les mettait en terre, nettoyait les champs et s'occupait des récoltes sur lesquelles reposait la survie de la famille. C'est ce qui a valu à la femme la caractéristique de "être des champs".

Le Rôle de la Femme dans la Famille

Etant ainsi productrice des vivres de l'agriculture, la femme avait dès lors le devoir de s'occuper de la gastronomie. Cette fonction était primordiale dans la famille traditionnelle car, relevant une des valeurs de la femme. En effet, toute son enfance, elle était préparée à être une bonne cuisinière. Elle avait en ce sens conservé tout le patrimoine culiniaire de sa famille et même de la société toute entière.

De ce fait, la cuisine était le sanctuaire de la femme bantou. La qualité de la cuisine permettait d'ailleurs à un homme de classifier ses épouses en femmes très aimées et en femmes peu aimées. L'on peut donc comprendre pourquoi il était dit que : "La femme a le ventre de l'homme".

Le Rôle de la Femme dans la Famille

Le rôle naturel de procréatrice

A la fonction de productrice de la femme dans la famille traditionnelle bantou, était greffée celle de reproductrice. Certes, cette faculté est naturelle mais, l'importance d'une progéniture nombreuse dont ont fait montre les familles traditionnelles, en ont fait un heureux devoir de la femme. Pour ainsi dire, ce sont bien plus ses facultés de reproduction qui déterminaient la place de la femme aux yeux de son époux et de la société.

Consciente de cette situation, elle se devait donc de faire beaucoup d'enfants, appelés non seulement à valoriser l'image de la famille, mais encore à assurer sa postérité et accroitre la main d'oeuvre. Pour ce faire, elles se mariaient relativement tôt, soit entre 14 et 18 ans dans la société bamiléké, accroissant de la sorte la période de possibilité d'avoir des enfants.

Le Rôle de la Femme dans la Famille

Il faut d'ailleurs relever que, ces sociétés ne toléraient pas les enfants nés hors mariage, à quoi s'ajoute le fait que la mortalité infantile était alors surélevée. A titre d'illustration, le trèf fameux Mongo FAYA avait 80 femmes et "tout un village d'enfants". Bien plus encore, la tradition orale Ewondo raconte qu'Omgba Bissogo avait une centaine de femmes et bien plus d'enfants dans son palais. De même, à l'Est du Cameroun, un femme avait en moyenne 8 à 15 enfants.

Le Rôle de la Femme dans la Famille

Le rôle d'éducatrice

L'éducation de la progéniture dans les familles traditionnelles bantou fut un élément essentiel de l'éclosion et de la postérité sociale. En effet, le patrimoine socio-culturel, technique, politique, pour ne citer que ceux-là, se transmettaient d'une génération à une autre par le moyen de l'éducation.

Le Rôle de la Femme dans la Famille

Eduquer l'enfant c'était donc lui inculquer les valeurs traditionnelles négro-africaines. C'est à la femme que revenait la plus grande part de cette éducation. Dans la société bamiléké précoloniale, ce rôle indispensable qui revenait à la femme peut être décliné en deux axes :

Premièrment, elle était responsable de la formation de base et effective de l'enfant, par le développement de sa sensibilité et de son intelligence. Cette première éducation, très affectueuse, se prolongeait jusqu'à 4 ans environ et était caractérisée par l'attention totale de la mère à l'enfant.

Deuxièmement, la femme était responsable de la formation intellectuelle, technique et sociale de la jeune fille ("Mô Mangue") dont la personnalité était modelée sur celle de la mère pour en faire une excellente ménagère. Cette autre éducation, beaucoup plus effective visait des résultats concrets : la jeune fille faisait déjà des petits travaux tels que aller au champ, ramasser du bois, porter ses plus jeunes frères sur le dos...

Au total, la femme, en famille, assurait l'éducation de tous les enfants et l'éduction exclusive de la jeune fille. Elle avait la charge de développer chez l'enfant la responsabilité sociale et des facultés intellectuelles et morales.

Le Rôle de la Femme dans la Famille

Le rôle de tenancière du ménage

Il s'agit ici de la fonction domestique ou ménagère de la femme bantou : comment est-ce qu'elle organise toutes ses activités au quotidien ? A cet effet, une description sommaire de la journée de la femme dans les sociétés traditionnelles forestières peut être esquissée.

Dans les familles Maka de l'Est du Cameroun par exemle, une vue d'ensemble de la journée de la femme laisse voir qu'elle était absorbée et même écrasée par les tàches domestiques :

La femme se réveillait généralement tôt, entre 5 heures et 5h30 pour effectuer les petites tâches matinales telles que chercher de l'eau, faire le ménage, la vaisselle et préparer le repas du matin. Aux environs de 7 heures, avant le lever véritable du soleil et même avant le reveil de son époux, elle se déployait dans les champs. Le temps qu'elle y mettait variait suivant l'ampleur du travail. Une fois le travail terminé, elle se ravitaillait en tout ce dont elle aura besoin dans la soirée (aliements, bois). Elle revenait des champs entre 15 heures et 18 heures suivant les tâches qu'elle avait prévu faire en soirée. Une fois de retour, la femme s'adonait à la cuisine, l'entretien des enfants et de son époux. En temps de semaille, après le service du soir, elle devait préparer les semences pour le travail du lendemain. Une fois tout achevé, elle n'avait plus que les dernières heures avant minuit pour elle.

Le même cas de figure est observé, en dépis de quelques différences, dans l'ensemble des familles des sociétés forestières traditionnelles. La femme était donc dévouée à son ménage.

Le Rôle de la Femme dans la Famille

Eu égard à ces fonctions, la femme traditionnelle bantou était le socle de la famille dans une société caractérisée par l'économie d'auto-subsistance. En tant que nourrice, procréatrice, éducatrice, tenancière du ménage, les femmes étaient comme le dit Claude Levy Strauss : "les valeurs par excellence à la fois du point de vue biologique et du point de vue sociologique et sans lesquelles la vie n'est pas possible".

Une projection peut être faite sur les rôles de la femme dans la famille moderne, qui, par l'influence de la colonisation, du nouveau concept de la mondialisation et l'avènement de l'émancipation de la femme, n'ont plus grand chose à voir avec les rôles dans la famille traditionnelle.

Le Rôle de la Femme dans la Famille

Le rôle de la femme dans la famille moderne

Comme nous l'avons déjà mentionné, la colonisation et tous ses corollaires sociaux ont eu des repercussions jusque dans l'organisation des communautés familiales. Bien plus, depuis les indépendances, l'"avénement des démocraties dans les pays d'Afrique" et donc l'émancipation de la femme, la place traditionnelle de celle-ci dans la famille a été remise en cause.

Tantôt les rôles traditionnels ont été altérés, tantôt s'y sont greffés de nouveaux rôles au point où il n'est plus aisé de distinguer le travail de l'homme de celui de la femme en famille. Par ailleurs, la pluralité de ces rôles est telle qu'il est presque impossible de leur établir une esquisse exhaustive : la femme fait tout dans la famille. Nous ne relevons cependant que deux fonctions primordiales ici :

- le rôle de chef de famille et d'animatrice des organisations sociales,
- le rôle de génératrice des revenues

Le Rôle de la Femme dans la Famille

La femme en tant que chef de famille

Autrefois apanage évident de l'homme, ce rôle est aujourd'hui l'objet des deux sexes. Si dans les foyers à deux, l'homme occupe (pas toujours d'ailleurs) le rôle de chef de famille, force est de constater que bien des familles n'ont que des femmes comme parents et donc comme chefs. Les raisons d'un tel positionnement sont à mettre à l'actif des phénomènes tels que le veuvage, mais surtout le divorce, la séparation et le célibat, inconnus dans les anciennes sociétés bantou.

En tant que chef de famille donc, la femme moderne veille sur la sécurité, l'ordre, l'alimentation, l'éclosion sociale, tous les aspects du bien être de son petit monde. En outre, dans les foyers à deux, ce rôle se traduit souvent de façon incidieuse où, derrière son époux, elle tire les ficelles. C'est dans ce contexte qu'il faut comprendre l'adage selon lequel "derrière tout grand homme se cache une grande dame".

Le Rôle de la Femme dans la Famille

Conscient de sortir du cadre familial, l'illustration la plus significative à ce sujet est la création de l'OUA, dont l'initiative a été prise par les épouses des Chefs d'Etats et de Gouvernement. Elles ont lancé le mouvement panafricain des femmes le 31 juillet 1962 à Dar-es-Salam, et c'est en s'inspirant de cette action féminine qu'à Addis-Abeba, trente Chefs d'Etats et de Gouvernement ont décidé de créer l'OUA.

Du point de vue de la femme dans son rôle d'animatrice des organisations sociales, relevons que, du fait de leur prédisposition associative, les femmes sont à l'origine de différentes formes d'associations à la fois familiales et sociales. Dans la famille étendue et dans le clan, elles ont toujours joué le rôle de facteur de rassemblement en organisant les membres en plusieurs associations, devenues monnaie courante, où sont véhiculées les valeurs culturelles traditionnelles.

Le Rôle de la Femme dans la Famille

Le rôle de génératrice des revenus

C'est là une fonction dont ne peut se passer la femme en famille, c'est la fonction la plus plausible du développement économque. Remarquons d'abord que ce n'est pas une nouveauté car, cette fonction peut être assimilée à celle de productrice dans la famille traditionnelle bantou. Aujourd'hui, ces revenus se traduisent en terme d'argent, le mot à la mode.

Le Rôle de la Femme dans la Famille

La femme en famille, en couple ou non s'efforce donc soit d'avoir un travail permanent soit de faire de petites activités lucratives et parfois même les deux. En d'autres termes, ce rôle s'accomplit dans différents domaines économiques tels que le commerce général, le travail salarié et les professions libérales. Ceci explique la domination des femmes de l'économie informelle qui est à plus de 94 % leur champ d'action.

En 1997, on comptait 28,70% de femmes exerçant dans la Fonction Publique camerounaise, toutes catégories confondues. Elles y occupent d'ailleurs des postes de responsabilité jusqu'au plancher de chef de service, au rang de Secrétaire Général et de Ministre. La femme, aujourd'hui, qu'elle soit rurale ou urbaine, est donc devenue un acteur indispensable de l'éclosion économique monétaire de sa famille.

Le Rôle de la Femme dans la Famille

Notons enfin que, pour arriver à cette fin à visée économie, la femme se livre souvent à des pratiques dévalorisantes de sa personne et autrefois inconnues ou strictement bannies, la prostitution étant évidemment la pratique la plus probante.

Au total, face à ces nouveaux rôles de la femme, nés des transformations socio-économiques des sociétés, les familles traditionnelles d'Afrique noire, on est tenté de se demander à  quel dégré la valeur traditionnelle de la femme a été dégradée. Continue-t-elle d'être cet apport d'affection et de chaleur pour ses enfants et son époux, cette maîtresse de la maison dévouée en grande partie au bien-être de son époux et à l'éducation de ses enfants ?

Le Rôle de la Femme dans la Famille

 

 

 
 

Copyright © 2011, Culture Vive