Accueil | Boulou | Cameroun | Contes | Photos | Culture Vive |

Les Jeux Universitaires sous les Couleurs d’une Constellation des Stars

La 12ème Edition des Jeux Universitaires tient sa particularité d’un fait. Ce fait résulte de la prestation, sous invitation du sponsor officiel des Jeux Universitaires, en l’occurrence la Société de téléphonie mobile MTN Cameroun, partenaire privilégié des acteurs de la culture des stars de la musique camerounaise, telles que

  • Lady.B mascotte de la société PMUC,
  • Koppo,
  • le Groupe Macase,
  • le Groupe ex. Maleya,
  • Mathematik de Petit Pays, Sultan Oshimi,
  • AK. Sang Grave,
  • Nono Flavie
  • MaJoie Ayi et
  • Tsimi Toro.

La prestation de ces talents de l’art musical a marqué les esprits de part la divergence de style et les prouesses individuelles des acteurs sus–énumérés. Le jeudi 06 mai 2009, la lourde tâche revenait à Lady.B et à Sultan Oshimi d’ouvrir la scène.

  • Lady B. et Sultan Oshimi

Etoile montante du Hip pop camerounais, plus précisément de la scène rappologique selon le jargon des chroniqueurs culturels, Lady. B à travers son album à succès « Je veux win, je ne veux pas loss » a pu captiver le public jeune et a fait élargir son assiette de fans. Sultan Oshimi quant à lui est l’un des leaders incontestables du reggae à l’échelon national. Il apparaît pour ceux qui croient à la réincarnation en milieu jeune comme la réincarnation au Cameroun de Bob Marley. Avec sa voix grave, il s’impose et impose le respect. Un duo Sultan Oshimi–Lady B tel que vu sur scène, le 06 mai 2009 au village des jeux est un souhait pour le public jeune.

  • Koppo et le Groupe Macase

« Révélation musicale 2005 » par le biais de son album à succès, dont le titre phare est intitulé « Si tu vois ma go », Koppo est toujours admiré et sollicité par son public par excellence : les jeunes. Sa prestation sur scène, caractérisée par le jumelage des langues, n’a laissé personne indifférent. Par ailleurs, il vient de commettre sur le marché un album en featuring avec Sultan Oshimi et Ak–Sang grave. Le groupe Macase est représenté durant ce grand moment de l’actualité culturelle, par les hommes de laboratoire. Ceux–là même qui font des artistes des icones. Ce sont les hommes de l’ombre. Il s’agit des guitaristes, batteurs et pianistes du célèbre groupe qui par surcroit sont l’orchestre des jeux concerts organisés par MTN Camerooun. D’où le souci majeur de la consécration du droit voisin dans l’univers de la culture camerounaise, pour récompenser leurs efforts.

  • Groupe Ex Maley

Jeune groupe, constitué de trois jeunes camerounais métissés, ils s’imposent de jour en jour dans les milieux culturels, reprenant les chansons du feu Eboa Lotin en langue duala, adopté au rythme jeune. Ces derniers ne laissent point indifférent le public après leur passage. Le vendredi 09 mai, le soin est revenu à Mathematik et Majoi–Ayi d’émerveiller le public.

  • Mathematik

Digne fils artistique de Petit Pays, figure de proue de la scène musicale camerounaise depuis plus de deux décennies, Mathematik sera en concert au mois de juin au Zénith à Paris. Au préalable, il s’est d’abord fait un bain de foule avec « les cop’s » le 09 mai 2009 au site des Jeux Universitaire. A travers le titre phare de son précédent album « Tromper Tromper » via la reprise des chansons fétiches de son mentor, à l’instar de « Maria » « Mandela ». Ce jeune loup de la musique camerounaise a enchanté et enthousiasmé le public durant plus d’une heure.

  • MaJoie–Ayi

Celle que l’on qualifie à juste titre dans les milieux culturels comme la plus intellectuelle des artistes de sexe féminin, doublé du titre de révélation musicale du canal d’or 2008, la diva de la scène musicale en matière du Bikutsi, rythme cher au Beti est respectée et a de la notoriété dans le milieu musical. Nul ne reste insensible face à ses prestations artistiques. Ainsi, ces fans se retrouvent aussi bien chez les jeunes, les adultes, dans la classe intellectuelle aussi bien que politique. Elle est une combinaison du vocale et de la gestuelle. En sus, MaJoie Ayi est à la fois une excellente chanteuse et danseuse. Sa prestation sur scène par le biais de l’interprétation de ses chansons « Panik à bord, Aïcha, et origine » a eu sur le public une force d’attraction vers elle, impressionné par ses qualités artistiques et athlétiques, on peut valablement dire qu’elle fait honneur à la culture Beti.
Nono Flavie et Tsimi Toro

  • Nono Flavie

L’icône du rythme makossa, résidente de la Région du Littoral et ressortissante de la Région de l’Ouest est le prototype de ce que les politiste appellent… intégration nationale. S’exprimant aussi bien en duala qu’en sa langue vernaculaire, a tenu le public en haleine, malgré le mauvais temps qui se vivait sur la cité capitale. Le passage de sa chanson à renom « Mari Cavaleur » a eu comme effet boomerang, l’accroissement exponentiel du public au sein du site des Jeux. Doublé de ses prestations slows, elle a jeté du charme sur les cop’s. Garante du respect des femmes, comme bien d’autres artistes de la gente féminine (Majoie Ayi), son style oscille entre le Makossa dit originel et le Makossa moderne.

  • Tsimi Toro

Tsimi Toro, enfant prodige de la Lékié, n’est pas un inconnu de la scène musicale au Cameroun. Sa montée en puissance au devant de la scène à la fin de l’année 2008, a surpris plus d’un acteur du domaine musical. L’homme Toro comme l’appellent affectueusement ses fans est incontestablement la star la plus populaire de la scène musicale camerounais actuelle. Son album dont le titre phare est intitulé « Merci » est prisé par les cop’s de surcroit ce titre constituait le bid des animateurs du concert MTN. L’homme Toro que tout le public attendait même sur les averses n’a pas pu prester à cause de l’alea climatique. Espérons que nous aurons prochainement sur scène ce « Mastodonte » de la musique camerounaise.


Copyright 2009, Culture Vive